Les traitements des maladies hémorragiques rares : le point sur les nouveaux médicaments et les essais cliniques en cours

Quels sont les traitements  accessibles aujourd’hui dans le domaine de l’hémophilie, de la maladie de Willebrand et des troubles rares de la coagulation ? Quels seront les traitements de demain ?

De nombreuses molécules ont récemment obtenu leur Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) ou sont en cours d’essais cliniques. Elles sont déjà accessibles en France ou le seront très prochainement.

Le groupe de Travail « Recherche » de l’AFH a fait le point sur ces dernières avancées qui vont révolutionner les traitements pour tous ces malades.

Pour aller plus loin

Télécharger le poster « Les nouveaux médicaments pour le traitement des maladies hémorragiques rares » ( mis à jour en avril 2020), en cliquant ici.

 

On distingue actuellement 3 grands types de traitements :

1-Thérapie avec facteur de remplacement

L’objectif est de traiter le patient en remplaçant le facteur de coagulation absent ou diminué, responsable de la maladie. 

C’est la cas de l’apport du FVIII ou FIX dans l’hémophilie, des Facteurs V, X, XIII ou du fibrinogène dans les autres troubles rares de la coagulation ou du Facteur Willebrand dans l‘hémostase primaire.

Les principales limites de cette thérapie sont :

  • la courte durée d’action de ces facteurs de remplacement dans l’organisme un fois injecté
  • le fait qu’ils doivent être apportés par  injection voie intraveineuse 
  • le fait que dans le cas de l’hémophilie environ 30% des patients développent un anticorps contre le FVIII injecté (inhibiteur) qui rend le traitement inefficace 
  • leur coût.

Ces dernières années, pour traiter l’hémophilie, des nouvelles molécules, ayant une durée d’action prolongée par rapport aux molécules standard, ont vu le jour dont certaines sont accessibles en France. 

L’amélioration de la durée de l’activité est plus sensible pour le facteur IX (hémophilie B) que pour le facteur VIII (hémophilie A) car le mécanisme d’élimination du facteur VIII est dépendant d’une autre protéine avec laquelle il circule sous forme de complexe, le facteur Willebrand.

Pour aller plus loin

Guide des nouveaux facteurs de coagulation à demi-vie prolongée

2- Thérapie sans facteur de remplacement 

Si la limitation sur la durée d’action des traitements a pu être partiellement améliorée, restait la contrainte du mode d’injection et de la faible efficacité du traitement des patients hémophiles avec inhibiteurs. 

Pour ce faire, des nouvelles stratégies thérapeutiques de l’hémophilie ont vu le jour. 

La première s’adresse à l’hémophilie A. C’est une thérapie de substitution où le FVIII est remplacé par un analogue qui va mimer son action. Cette approche permet de traiter les patients avec inhibiteurs car ils ne sont plus en présence de FVIII qui déclenchait l’apparition des anticorps. Dans la mesure où ce produit prend la place du FVIII, il peut aussi traiter les patients sans inhibiteurs. 

De plus, cette nouvelle molécule a une durée d’action de plusieurs semaines et peut être injectée en sous-cutanée, levant ainsi les limites des thérapies de remplacement.

La deuxième stratégie est applicable pour le traitement de l’hémophilie A et l’hémophilie B pour les patients avec et sans inhibiteurs. Elle vise à limiter et à contrôler l’action des inhibiteurs des anticoagulants naturels de la coagulation pour rétablir une fonction coagulante normale. 

Là encore, ces molécules ont une durée d’action allongée et sont administrées en sous-cutanée.

3-Thérapie génique

La thérapie génique d’une maladie génétique consiste à apporter au patient le gène sain afin de compenser l’inactivité de son gène malade et d’apporter, de façon durable, voire définitive, le facteur manquant.

Ce gène sain peut alors s’exprimer en fabriquant la protéine pour laquelle il est codé, ici en l’occurrence les facteurs VIII ou IX. C’est la stratégie thérapeutique la plus prometteuse vers la guérison partielle ou totale

Cet apport du gène sain se fait à l’aide d’un vecteur (virus inactivé le plus souvent) qui pénètre à l’intérieur de la cellule..

Même si des difficultés et des questions demeurent, la thérapie génique est la voie de recherche la plus appropriée pour guérir l’hémophilie et d’énormes progrès ont été réalisés dans ce domaine ces dernières années.

Pour aller plus loin

La thérapie génique en 12 questions

Vidéo sur la recherche

Recherche

Articles récents

buy azithromycin online what is azithromycin