Tatouages et troubles rares de la coagulation font-ils bon ménage ?

Si vous êtes tenté par un tatouage et que vous être porteur d’une maladie hémorragique, quelques précautions s’imposent… Le Docteur Sigaud, hématologue au CHU de Nantes, nous donne ici quelques conseils concernant les tatouages.

Tout dépend de la sévérité de la maladie. Pour les cas les plus sévères, je déconseillerais toute démarche de ce type : les risques hémorragiques liés à la réalisation du tatouage sont beaucoup trop importants en raison du traumatisme subi.

Au-delà du risque hémorragique, il y a un risque non négligeable que le motif choisi ne corresponde pas au résultat escompté : les saignements peuvent occasionner une diffusion aléatoire des pigments et donc altérer le motif tandis que la cicatrisation du tatouage, pouvant être compromise par un saignement anormal ou par un hématome, risque également de rendre inesthétique le travail de votre tatoueur.

Ainsi, je conseillerais aux personnes atteintes dans des formes mineures ou modérées de la maladie, de demander à leur tatoueur de faire un petit motif en essai dans une zone non exposée avant de se lancer dans la réalisation d’un grand motif. Cet essai étant conçu pour s’intégrer dans le motif final si tout se passe bien.

Vie intime

Une question ? Un problème ?

Articles récents